Jours et horaires d'ouverture

Rénovation énergétique : ce qui change au 01/01/2017

Rénovation énergétique : ce qui change au 01/01/2017 - Milbled-Wimez
2 février 2017 | Publié par | | Laissez vos commentaires
partager ...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

De nombreux changements sont au programme de cette nouvelle année 2017 en matière de bâtiment et de rénovation énergétique. Voici les nouveautés à connaître au 1er janvier.

Des travaux d’isolation thermique obligatoires

Désormais, la Loi impose des travaux d’isolation thermique obligatoires lors de lourds travaux de réhabilitation. Cette nouvelle obligation, effective au 1er janvier 2017, a pour but d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments. Les travaux d’isolation seront à entreprendre dans le cas où le bâtiment en question serait sujet à un ravalement de façade, à une réfection de toiture, ou encore à une transformation de l’édifice en local habitable.

Cependant, devant la réticence de beaucoup d’associations et de quelques professionnels du secteur, cette nouvelle mesure reste très souple. L’isolation ne sera donc pas obligatoire dans les cas suivants : si les travaux engendrent des coûts trop importants, s’il y a impossibilité technique, ou si les travaux impliquent une dégradation de l’aspect extérieur du bâtiment.

La reconduction des principales aides incitatives

Au niveau des aides aux travaux, ce sont des bonnes nouvelles que l’on apprend pour 2017. En effet, le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) est reconduit jusqu’au 31 décembre 2017 au même taux unique de 30 % pour l’ensemble des travaux éligibles. Les conditions d’obtention restent les mêmes qu’en 2016, ainsi que les plafonds et les critères de performance applicables aux travaux.

L’éco-prêt à taux zéro est également prolongé cette année pour favoriser la mise en œuvre de travaux d’économies d’énergie importants dans le parc immobilier existant. Ce prêt, dont les intérêts sont entièrement subventionnés par l’État, permet aux particuliers d’obtenir jusqu’à 20 000 à 30 000 euros de fonds pour réaliser leurs travaux. Remboursable sur maximum 15 ans, il nécessite le respect de quelques conditions comme l’amélioration de la performance énergétique globale de l’habitation ou encore la réalisation d’un bouquet travaux.

Cette année encore, le CITE et l’éco-PTZ sont cumulables, et ce, sans conditions de revenus. Les foyers à revenus modestes ne seront donc plus les seuls à pouvoir bénéficier de ce cumul.

Quelleenergie.fr